Programmation

Jury 2020

JURY LONG METRAGE

Zabou Breitman - Présidente

Zabou Breitman baigne dans le théâtre et le cinéma depuis son enfance. Elle étudie le cinéma puis fréquente le cours Simon avant de s’enfuir. Après un bref passage à la télévision dans les années 80, elle débute sa carrière au cinéma dans Elle voit des nains partout ! Elle collaborera ensuite avec de grand·e·s cinéastes français·es tel·le·s que Diane Kurys, Henri Verneuil, Philippe Lioret, Pierre Jolivet, Michel Deville, Pierre Schoeller, Nicolas Bedos. Tandis qu’elle continue sa carrière d’actrice sur scène et à l’écran, elle met en scène diverses pièces pour le théâtre et réalise dès 2001 son premier long métrage Se souvenir des belles choses qui reçoit le César de la meilleure première oeuvre. Suivront notamment L’homme de sa vie, Je l’aimais, No et moi, la série Paris, etc. ainsi que Les hirondelles de Kaboul sorti dans les salles l’année dernière (Sélection Un Certain Regard 2019).

Amine Bouhafa

S’appuyant sur une solide formation classique et puisant son inspiration dans tous les courants musicaux, le compositeur franco-tunisien Amine Bouhafa développe un style très personnel se jouant des clichés de l’orientalisme. Récompensé en 2014 par un César pour la musique du film Timbuktu, il a signé depuis nombre de partitions pour des films exigeants tels que La belle et la meute (Prix de la Meilleure Création Sonore - Un Certain Regard), Un fils ou encore Tu mourras à vingt ans (Prix de la Meilleure Musique Originale du Festival d’Odessa 2020). Amine Bouhafa est à l’affiche de Gagarine (Prix de la Meilleure Musique Originale du FIFB 2020 et du Festival de Cinéma de Rome) et de L’homme qui a vendu sa peau. Il travaille actuellement sur le film d’animation Le sommet des dieux de Patrick Imbert.

©Johanna Von Hessen

Sophie Letourneur 

Après des études à l’École Duperré en Arts textiles et impressions, puis à l’École nationale supérieure des arts décoratifs - où elle signe des vidéos expérimentales, installations, et documentaires - elle réalise en 2004 son premier court métrage La tête dans le vide qui gagne de nombreux prix, puis deux moyens métrages qui sortent en salle : Manue bolonaise (2005) puis Roc et canyon (2007). Suivront La vie au ranch (2010), puis Le marin masqué (2011) qu’elle présente au festival de Locarno - où elle en profitera pour tourner Les coquillettes (2012) - et dans lesquels elle joue aussi. Elle réalise ensuite son troisième long métrage Gaby baby doll (2014) et Énorme sorti cette année avec Jonathan Cohen et Marina Foïs à l’affiche.

©Benni Valsson

Vincent Macaigne 

Diplômé du Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, Vincent Macaigne monte très tôt sur les planches et multiplie ses adaptations libres des grands classiques pour lesquelles il se fait remarquer. En 2001, il apparaît pour la première fois sur grand écran dans La répétition de Catherine Corsini. Du court métrage au long métrage, il intensifie ses collaborations et joue dans les films de Guillaume Brac, Bertrand Bonello, ou encore Vincent Mariette. En 2013, il est révélé au Festival de Cannes notamment grâce à ses apparitions dans La bataille de Solférino, 2 automnes, 3 hivers et La fille du 14 juillet pour lequel il sera nommé aux César ducinéma pour le César du meilleur espoir masculin. En 2017, il réalise son premier long métrage Pour le réconfort.

©Mathieu Rainaud

Nicolas Maury 

Diplômé du Conservatoire national d’art dramatique de Paris, Nicolas Maury travaille sur scène avec de grands metteurs en scène. Abonné au cinéma d’auteur, il tourne sous la direction de Patrice Chéreau, Philippe Garrel, Olivier Assayas, Rebecca Zlotowski, Valeria Bruni Tedeschi, Riad Sattouf, Pascal Bonitzer. Mikael Buch lui confiera le rôle principal dans sa comédie burlesque Let my people go!, ce qui lui vaudra une nomination pour le César du meilleur espoir masculin. Yann Gonzalez lui confie un rôle à sa mesure dans Les rencontres d’après minuit et Un couteau dans le coeur. C’est avec le rôle d’Hervé André-Jezak dans la série Dix pour cent qu’il acquiert une notoriété auprès du grand public. Son premier long métrage Garçon chiffon est sorti à l’automne de cette année.

JURY COURT METRAGE
©Ralph Wenig

Karin Viard - Présidente

Du drame aux films d’auteur et de la comédie aux thrillers psychologiques, Karin Viard est une artiste surprenante et authentique. Après le Conservatoire de Rouen, elle monte à Paris et suit les cours de Vera Gregh et Blanche Salant. Dès les années 90, elle fait ses premiers pas au cinéma et connaît une ascension rapide, endossant des premiers rôles notamment dans La nage indienne. Lauréate de trois César - meilleure actrice pour Hauts les coeurs et meilleur second rôle pour Embrassez qui vous voudrez et Les chatouilles - elle tourne avec de nombreux·ses réalisateur·rice·s, de Maïwenn à François Ozon en passant par les frères Larrieu. Récemment, on a pu la voir dans Les apparences, puis plus prochainement dans L’origine du monde, Tokyo shaking et le prochain film de David et Stéphane Foenkinos.

Noée Abita 

Noée Abita, 20 ans, a été révélée par Ava le premier long métrage de Léa Mysius présenté à Cannes à la Semaine de la Critique. Elle est nommée aux Révélations des César 2018 pour son interprétation. La même année, elle joue le rôle de la fille de Jean-Hugues Anglade dans Le grand bain de Gilles Lellouche qui fut projeté en Hors-Compétition lors du Festival de Cannes 2018. Elle endosse une nouvelle fois un rôle principal dans Genèse de Philippe Lesage, sélectionné en compétition internationale au Festival International du Film de Locarno. Elle joue aux côtés de Vincent Lacoste dans Mes jours de gloire réalisé par Antoine de Bary puis avec Laetitia Casta dans la série Une île de Julien Trousselier, dans laquelle elle tient le premier rôle. Slalom, le premier long métrage de Charlène Favier avec Jérémie Rénier est sorti en 2020.

Stéphanie Carreras 

Stéphanie Carreras fait ses débuts de productrice chez Lazennec Tout Court. Elle passe au long métrage avec Marock de Laila Marrakchi, puis crée sa société Estrella Productions avec Philippe Pujo. Ils produisent : Parlez-moi de vous de Pierre Pinaud, Rock the casbah de Laïla Marrakchi, Larguées d’Eloïse Lang et à sortir, La fine fleur de Pierre Pinaud. Toujours en quête de nouveaux talents, ils viennent de coproduire avec Eleanor Coleman le court métrage d’animation Navozande, le musicien de Reza Riahi, qui connaît une belle carrière en festivals.

©Olivier Vigerie

Charlène Favier 

Réalisatrice, scénariste et productrice autodidacte, Charlène Favier est une exploratrice. Elle grandit entre Val d’Isère et Bourg-en-Bresse et vit aujourd’hui entre Paris et Marseille. Enfant, le sport, les voyages et l’art sous toutes ses formes l’habitent et c’est en 2007 en Australie qu’elle réalise son premier documentaire. Elle se forme au jeu à l’école Jacques Lecoq à Londres et à la direction d’acteur au studio Astoria de New York. En 2020, son court métrage Odol gorri est sélectionné aux César puis Slalom, son premier long métrage, est annoncé dans la sélection officielle du festival de Cannes, avec pour acteur·rice·s principaux·ales Noée Abita et Jérémie Renier.

©Arno Iam

Grégory Fitoussi

Attiré depuis toujours par le métier de comédien, Grégory Fitoussi passe très vite des castings et décroche en 2001 un rôle dans la série Méditerranée. Après avoir joué dans de nombreuses fictions, il obtient un rôle principal dans la série Engrenages. Il débute en parallèle sa carrière internationale dans le blockbuster Rise of the cobra de Stephen Sommers et tourne dans la série Mr Selfbridge. Il est également à l’affiche de La conquête de Xavier Durringer (sélectionné à Cannes en 2011), Une nuit de Philippe Lefevre et Mince alors ! de Charlotte de Turkheim, puis en 2013 dans World War Z aux côtés de Brad Pitt. Dernièrement, il est apparu dans Le bureau des légendes, Beecham house de Gurinder Chadha ou encore La garçonne avec Laura Smet.

©Nicolas Guérin

Guillaume Senez

Guillaume Senez est né à Bruxelles en 1978. Il est l’auteur de plusieurs courts métrages, sélectionnés dans de nombreux festivals : La quadrature du cercle (2005), Dans nos veines (2009), sélectionné à Cannes pour le prix Unifrance du meilleur court métrage, U.H.T. (2012), nommé au Magritte du cinéma Belge, et Mieux que les rois et la gloire (2020). En 2016, il sort son premier long métrage, Keeper. Le film est sélectionné dans plus de 70 festivals à travers le monde (Toronto, Locarno, Rotterdam, Angers - Grand Prix du Jury) et reçoit plus d’une vingtaine de prix dont 3 Magritte du cinéma. Son deuxième long métrage, Nos batailles, est sélectionné à la Semaine de la Critique (Cannes 2018). Le film est lauréat de cinq Magritte du cinéma 2019 (dont meilleur film et meilleure réalisation).

Propulsé par FestiCiné